ANCRAGE Actualités

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mer. 31 oct. 2018

Carte postale du Sénégal N°8

Sénégal J8

Sénégal Ziguinchor Manécounda  Casamance

Nuit blanche en mer.chorale béarno-sénégalaise, Mangrove, gare routière de Ziguinchor...l’aventure continue...

Senegal_Manecounda_Casamance_J8.pdf

Lire la suite...

Carte postale du Sénégal N°7

Sénégal Dakar J7

Au Programme, la caverne de Bibi, la route de l'Océan Atlantique, l'Aline Sitoé  Diatta, la toubab attitude avant de découvrir la Casamance.

Senegal__Ocean_Atlantique_Alice_Sitoe_Diatta_7J.pdf

Lire la suite...

mer. 24 oct. 2018

Carte postale du Sénégal N°6

Le port de pêche photo  de François Brehinier

cliquez sur l'article pour le lire en pdf:Senegal_Dakar___J6.pdf

Lire la suite...

Carte postale du Sénégal N°5

Senegal_Dakar_J5.pdf

Lire la suite...

Carte postale du Sénégal N°4

                                            Le peintre Cheikh Sidiya Keita

.

pour lire cet article en entier cliquez sur : Carte_postale_du_Senegal_N_4.pdf

Lire la suite...

Carte postale du Sénégal N°3


                                           

                Pirogues des pêcheurs au parking !
.
Vous pouvez télécharger l’intégralité du récit: Senegal_J3.pdf

Lire la suite...

Carte postale du Sénégal N°2

Lire la suite...

Carte postale du Sénégal N°1

.
                                                                    rue de Dakar
.


Lire la suite...

dim. 7 oct. 2018

Victor Pey Casado qui fait la Une du N°66 choisit de disparaître à 103 ans ce vendredi 5 octobre, le jour de la parution de la revue

Victor Pey Casado a rejoint Salvador Allende au paradis des hommes intègres.

Il fait la Une du n° 66 d'Ancrage qui est tombé hier matin dans les boites de nos fidèles abonnés et sur les "linéaires" des meilleurs librairies en Lot-et-Garonne, Gironde, Dordogne. Au même moment, Victor qui a fêté ses 103 ans  le 31 août lâchait le morceau. Un message de nos amis chiliens nous annonçait sa disparition. Ce survivant du Winnipeg, le navire affrété par le Chili de Pablo Neruda en 1939 au départ de Pauillac avec à son bord 2500 républicains espagnols en exil en France, ingénieur, anarchiste catalan, construisit avec son frère Raul lui aussi ingénieur, des ponts et des villes dans le Chili d'Unité Populaire des années 40. Très proche d'Allende, il vécut un deuxième exil après le coup d'état pinochiste avant de revenir au Chili présider la fondation Allende. Tout cela, il me l'avait raconté en détail dans une interview réalisée par mail et que vous pouvez donc lire dans ce nouveau n° de la revue. Hélas, lui n'aura pas eu le temps d'en prendre connaissance. Le 11 septembre dernier, il m’avait envoyé comme à tous ses ami-e-s ce message:

11 septembre 1973 Allende, libertador universal, honra chile y el mundo,

De nombreux papiers aussi sur la communauté russe du Lot-et -Garonne, une autre histoire de bateau et de naufrage: celle du paquebot L'Afrique parti en 1920 des quais de Bordeaux pour Dakar et l'Afrique de l'Ouest avec 600 passagers et hommes d'équipages à bord dont 200 tirailleurs sénégalais survivant de la boucherie. Deux jours plus tard, le navire fera naufrage aux abords de l'île de Ré, quelques dizaines de passagers échapperont à la noyade, le plus dramatique naufrage du siècle vite oublié…

Lire la suite...

ven. 5 oct. 2018

Rencontre Jean-Paul Michel/Pierre Bergounioux à La Machine à Lire à propos de la publication chez Verdier de leur correspondance 1981-2017.

Ils avaient fait le plein de leurs fidèles admirateurs, presque une confrérie heureuse de se retrouver ponctuellement autour de ce duo de corréziens,exilé pour l'un à Bordeaux,Jean-Paul Michel, agrégé de philo, discret mais magnifique poète, éditeur notamment d'Yves Bonnefoy , à l'enseigne de William Blake and Co, Pierre Bergounioux agrégé de lettres enseigna longtemps dans des collèges de la banlieue parisienne puis à l’École des Beaux Arts, auteur de nombreux ouvrages publiés chez Gallimard et Verdier, sculpteur. Cette correspondance, incomplète, illustre une amitié de plus d'un demi-siècle, inaugurée sur les bancs du lycée de Brive-la-Gaillarde -Gaillarde au début des années 60 en classe de philo. Deux jeunes gens qu'à priori tout sépare, Jean-Paul Michel déjà lecteur de Sartre et engagé dans sa propre mue quand Pierre Bergounioux est encore "un gueux", dans "cette petite patrie" où l'on parle encore l'occitan, une "parlure" qui ne donne aucun droit de cité dans le monde des idées. Jean-Paul Michel a 16 ans quand il édite le pamphlet de Mohammed Khaïr-Edine contre le roi du Maroc sur une vieille machine d'imprimerie, il tient tête au prof de philo, il a une tête d'"asiate" et des cheveux longs, Pour le jeune Bergounioux, Jean-Paul Michel introduisit une lecture chiasmatique du monde: la révélation d'un monde dont "ces excommuniés de la culture lettrée ne soupçonnaient rien" dit Pierre Bergounioux. L'écriture donc qui sera à l'un et à l'autre échappatoire, travail définitif d'élucidation. Cette correspondance poursuit, dans une écriture aussi belle que dans leurs ouvrages, ce dialogue, au gré des missives retrouvées, il en manque, croisant leurs regards sur leurs écrits, poursuivant à distance une discussion sans fin, leur dispute sur Hölderlin par exemple. "Parce que c'était lui, parce que c'était moi " disait Montaigne à propos de l'amitié qui l'unissait à La Boétie, une affirmation que ne retoqueront pas nos deux corréziens. En attendant, lisez leurs livres.

Jean-François Meekel

ven. 28 sept. 2018

Achac, un groupe de recherches sur le colonisation, l'imigration et la postcolonisation

 pour s'abonner à leur newsletter: https://www.achac.com/

Depuis 1989, le Groupe de recherche Achac travaille sur plusieurs champs liés à la question coloniale et postcoloniale (idéologies politiques de la colonisation, développement des cultures coloniales et postcoloniales ; zoos humains et spectacles ethniques, représentations de l’altérité ; histoire militaire et troupes coloniales), mais aussi à l’histoire des immigrations des suds à travers différents programmes.

Les programmes Zoos Humains, Colonisation & post-colonialisme s’attachent à analyser les prolongements contemporains de la représentation coloniale et des enjeux liés à la situation coloniale.

Les programmes Immigrations de Suds, Sports et Diversités, Mémoires Combattantes et Artistes de France portent sur les spécificités des immigrations coloniales et post-coloniales dans l’histoire générale des immigrations en retraçant l’histoire de leurs présences sur le territoire hexagonal.

Ces programmes sont complétés par le programme Diasporas en France traitant de l’immigration des Afro-Antillais et de l’océan Indien en France et analysant la place des populations maghrébines et orientales en France. Tous ces programmes s’articulent autour de nombreuses activités de recherches, d’édition, de manifestations scientifiques ou grand public depuis 25 ans (www.achac.com) qui touchent aussi bien le monde l’édition, de la recherche (conférences et colloques), de l’audiovisuel, des actions pédagogiques ou encore des expositions en France et hors de France.

Roman graphique:Gilets de sauvetage d'Allain Glykos et Antonin


placedeslibraires.livre-gilets-de-sauvetage-antonin-dubuisson-allain-glykos/

Après «Manolis», le nouveau roman graphique d'Allain Glykos et Antonin Dubuisson. Allain Glykos retourne sur les terres de son père pour trouver un peu de soleil au milieu de l'hiver et quitter Paris qui vient de subir les attentats en 2015. Or, dès qu'il arrive sur l'île de Chios, il assiste à une autre tragédie: l'arrivée massive de migrants. Il ne peut rester indifférent à la détresse de ses hommes et ses femmes qui ont fui la misère et les conflits en quête d'un accueil un peu plus chaleureux en Europe. Allant à leur rencontre pour les aider, il leur donne donc la parole, restitue leurs histoires qui sont autant d'échos à la trajectoire de son père, Manolis, qui a dû fuir sa terre, chassé par les Turcs lors de la Grande Catastrophe en 1922. Un témoignage empreint d'une grande humanité qui rend compte des prolongements et des rebondissements de l'Histoire.

mer. 26 sept. 2018

Respect et intelligence convoqués au colloque d'Ancrage en Partage

Quelques 150 personnes qui échangent sur le thème des flux migratoires dans le respect des opinions de chacun. C'est l'un des enseignements à retenir du premier colloque organisé par Ancrage en Partage sur le thème « exilés : préjugés et réalités » le samedi 22 septembre 2018 au centre culturel de Villeneuve-sur-Lot. Loin des saltimbanques du cirque politique toujours prompts à s'emparer d'un sujet sensible à des fins électoralistes, le colloque en prenant de la hauteur a nourri la réflexion collective sur une problématique promise - en n'en pas douté - à un bel avenir.

La richesse des témoignages des militants de terrain que nous avions conviés, Magali Béarnais, Nathalie Founaud-Veysset, Pascale Millet, Philippe Noël, l'intérêt suscité par leurs engagements, la pertinence des réactions, les critiques, les interrogations, suscitées par leurs différents exposés constituent le second enseignement majeur à tirer de notre manifestation. Le terrain a parlé. C'est ce que nous souhaitions.

Le troisième enseignement porte bien sûr sur les enseignements fournis par Isabelle Rigoni et Catherine Wihtol de Wenden. Les deux universitaires ont brossé un portrait lisible et pédagogique de la situation, suggéré des pistes d'avenir, dont vous trouverez les principaux repères ici même dans les lignes suivantes.


Le colloque se poursuit en coulisse.

Les micros se sont tus. Mai le travail continue en coulisse. Pour l'intégralité des échanges nous vous donnons rendez-vous dans quelques mois avec la diffusion écrite des actes du colloque. A quelques détails de forme, le sujet n'aura pas pris une ride. Et chacun pourra faire son miel de la réflexion collective construite à la lumière de nos fructueux échanges.


Lire la suite...

mar. 25 sept. 2018

centenaire NELSON MANDELA

Bordeaux accueille l’un des hommages les plus importants rendus au fondateur de la Nation Arc en Ciel en France.  

Expositions, projections de films, débats, conférences et concerts vont rythmer les 4 mois de l'hommage que la conscience Bordelaise va rendre à Nelson Mandela.

Dans le cadre de la célébration du Centenaire Nelson Mandela, l’association internationale Mémoires & Partages, avec le soutien de la région Aquitaine et en partenariat avec des associations Darwin et plusieurs communes de la Métropole bordelaise (Bassens, Cenon, Carbon Blanc, Bègles et Floirac), organise une série de manifestations du 17 Septembre au 15 décembre 2018.

Lire la suite...

sam. 22 sept. 2018

Colloque le 22 septembre 2018 à Villeneuve sur lot

annonce de l'évènement sur France Inter

https://www.franceinter.fr/emissions/carnets-de-campagne/carnets-de-campagne-21-septembre-2018

Lire la suite...

ven. 21 sept. 2018

La famille syrienne de Monflanquin un an après !!

https://www.sudouest.fr/2018/09/20/syriens-a-monflanquin-47-un-an-apres-comment-ils-se-sont-integres-5407909-3770.php

Lire la suite...

''Lettre de Fred Vargas : la troisième révolution"

Nous y sommes
Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance. Nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.

Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse). Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix. On s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux. D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais. Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).

S'efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.

Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore''.

Fred Vargas
Archéologue et écrivain

Lire la suite...

jeu. 20 sept. 2018

Cienfugos, Cuba, ville bordelaise???

Une délégation était reçue à Bordeaux par l'association Bordeaux-Cienfuegos. 

Lire la suite...

lun. 17 sept. 2018

Institut des Afriques: Renconte du cinéma nigérian Bordeaux 27/29 septembre

 
Du 27 au 29 septembre
Pour cette 2e édition, l’Institut des Afriques propose un focus sur Nollywood (contraction de Nigeria et Hollywood). Le Nigeria est en effet devenu le 2e producteur mondial de films derrière Bollywood. Cette année, ce seront 3 jours de projections et de débats pour plonger au cœur de cette industrie prolifique et comprendre ce phénomène qu’est Nollywood en Afrique et ailleurs.
On vous y attend nombreux.ses !
En savoir plus :                                                  PROGRAMME COMPLET

lun. 10 sept. 2018

ASMA Documentaire sur l'exil de soudanais

Une projection avec la réalisatrice et les acteurs de ce documentaire a eu lieu le 8 septembre aux Montreurs d'Images à Agen.

vous pouvez aller voir leur site https://www.documentaireasma.com/

Lire la suite...

- page 2 de 6 -