Qui se souvient des soldats Duhoc, Phan T’Cioc et Van Bat ? Personne, ou presque.
Ces trois Annamites (1) étaient des volontaires du bataillon Geoffroy qui contribua, avec d’autres
groupes de résistants, à la libération du pays lors de la Seconde Guerre mondiale. N’était le fonds
Guérin (2), affecté récemment aux Archives départementales du Lot-et-Garonne, nul doute que les
trois volontaires seraient passés aux oubliettes de l’Histoire. Et avec eux les 400 Indochinois (2), an-
ciens des régiments d’artillerie et d’infanterie affectés au camp de Sainte-Livrade-sur-Lot en 1944. Aussi étrange que cela puisse paraître, cette histoire est révélatrice des liens particuliers que le Lot-
et-Garonne tissa au fil du siècle dernier avec la lointaine Indochine française. À la fin du conflit, nombre de ces soldats s’en retournèrent au pays. D’autres, mariés à des Françaises, s’installèrent
dans le pays d’adoption.
Cependant, pour nombre d’entre nous, l’ancienne colonie d’Asie du Sud-Est est symbolisée par « le
camp » de Sainte-Livrade-sur-Lot. L’ex-CAFI (Cité d’Accueil des Français d’Indochine) où furent acheminés en 1956 des centaines de rapatriés, lors d’un hiver des plus rigoureux du siècle passé. Une mémoire précieuse, venue de loin, entretenue aujourd’hui encore avec ferveur et devenue si
proche par l’intégration de nos frères du bout du monde.
Ce chapitre majeur, constitutif de notre identité métissée, ne doit pas pour autant occulter d’autres
chapitres qui lient le département à l’ex-Indochine française. Afin d’éclairer ces différentes facettes,
les lecteurs trouveront dans les pages suivantes, outre les reportages, pour certains réalisés au
sein du « camp », des articles sur les travailleurs requis, les militaires venus défendre « la mère
patrie »et dont les échos résonnent encore à Agen, Bias, Sainte-Livrade-sur-Lot ; sans oublier les « boat-people » dont certains ont fait le choix de vivre en Lot-et-Garonne, préférant l’exil au régime
communiste.
Ancrage

(1) vocabulaire utilisé dans les documents officiels pour désigner les militaires indochinois
(2) A.D. Lot-et-Garonne. 149J2