Un bon livre pour en finir avec les stéréotypes.

Le vent t’emportera - Olivier Fouchier. Ed. Complicités 08/2017 - 20 €

Nous sommes en 1955 avec Tchavolo, le tchibalo de la dolmuta de yaya Zéda, un clan rom, des lovari, ceux qui parlent à l’oreille des chevaux. Zéda est la grand-mère, drabarni, guérisseuse-herboriste, dépositaire de la mémoire du groupe. Tchavolo, le petit-fils est le médiateur, l’avocat du clan, celui qui sait lire et écrire et qui passa, à cause de cela, devant la kriss romani, le tribunal des tziganes pour trahison car il est totalement interdit aux roms de rentrer dans la culture des gadjé, les non roms. Mais au regard de ses hauts faits de résistance aux nazis, il échappa à l’exclusion et au bannissement.

 Car voici le vrai sujet de ce roman : le samudaripen, nom donné en romani au génocide des tsiganes par les nazis ; samudaripen signifiant littéralement : tuez-les tous. Entre 250 et 500 000 tsiganes sur les 700.000 qui vivaient en Europe ont été exterminé par les nazis. En France, ceux qui ont échappé à la déportation, 6000 ou 6500 selon les sources ont été enfermés dans des camps d’internement (1) créés par le régime de Vichy, les derniers ont été libérés en… mai 1946 ! Parmi les victimes de cette barbarie, les parents de Tchavolo et de quelques autres jeunes filles et jeunes gens du clan, Nonoque, Tcharenki, P’tit Nounou, Béba, la Tchouline qui ont fait avec Tchavolo le serment de se venger du gadjo mora, le salopard, responsable de la mort des leurs.

Débute alors un polar anthropologique passionnant, fort documenté qui nous promène d’Arles à Lyon en passant par Bordeaux L’auteur, bien que gadjo connait parfaitement son monde. Il fut longuement « conseiller social » sur une aire d’accueil des gens du voyage à Albi. Et visiblement il s’est pris d’amitié pour eux. Mishto !! (2) ||

J-F Meekel

1 : Le camp du Sablou sur la commune de Fanlac en Dordogne a « accueilli » dès janvier 40 des Tziganes assignés à résidence. En Gironde, ils ont « inauguré » le camp d’internement de Mérignac-Beaudésert qui a vu passer ensuite beaucoup de politique. Annexe du fort du Ha, Beaudésert le mal nommé fut aussi l’antichambre des exécutions au camp de Souge et des départs en convois vers l’Allemagne.

2 : mishto : super, formidable, chouette…un lexique d’une dizaine de pages occupe la fin du livre, passionnant.

Lire aussi : Olivier Fouchier, Un Gadjo parmi les Roms. A la tête de l'association toulousaine « Rencontr'rom nous » dévoué à la promotion de la culture rom, Olivier Fouchier lutte contre les stéréotypes qui colles aux basques des Tsiganes. Ancrage N° 63. Janvier 2018