Un sdf, d’origine africaine qui traîne habituellement dans la zone de fret d’Orly trouve une porte ouverte dans un entrepôt où il se met à l’abri, il s’avère que c’est une boite de transport de fond.

Si, si ! Ils laissent leur porte ouverte, est-ce bien raisonnable ? Le sdf mais pas idiot ressort avec au bout de chaque bras un sac plein de billets, 300.000 euros disent d’abord les responsables de la société puis 490.000 tous comptes refaits. Depuis le sdf pourtant identifié reste introuvable et les biftons idem, il a filé par la Belgique pense-t-on. Il doit vivre des jours meilleurs avec ce pactole, tant mieux pour lui.

Jean François